Une qualité de l’air préservée grâce à l’hydrogène

Une qualité de l’air préservée grâce à l’hydrogène

"Fébus, le Bus à Haut Niveau de Service de Pau, sera un moyen de transport révolutionnaire, à haute exigence écologique, sans aucun rejet de gaz à effet de serre. Sa motorisation sera électrique, et l’électricité sera générée par une pile à combustible, à partir de l’hydrogène que nous produirons nous-mêmes, sur notre site de Pau."

François Bayrou, Président de la Communauté d’Agglomération Pau Béarn Pyréneés, Maire de Pau.

 

 

À l’heure où les ressources naturelles diminuent et où la pollution augmente, l’agglomération de Pau a opté pour une technologie innovante : l’hydrogène. Retour sur les caractéristiques de cette énergie d’avenir.

 

Comment le bus électrique à hydrogène va-t-il fonctionner ?

L’hydrogène stocké dans des réservoirs situés sur le toit du bus est converti en électricité à bord du véhicule grâce à une pile à hydrogène. Au moment où le véhicule en a besoin, la pile à hydrogène combine l’oxygène de l’air avec l’hydrogène stocké dans le véhicule pour produire de l’électricité et alimenter directement le moteur électrique. C’est une réaction électrochimique, ce n’est pas un moteur thermique : le véhicule ne «brûle» jamais d’hydrogène.

 

Une production 100% paloise, 100% renouvelable

À Pau, l’hydrogène sera produit sur place, au dépôt de bus (avenue Larribau), grâce à un électrolyseur alimenté par des panneaux solaires : ce sera un hydrogène entièrement «vert». Les piles à hydrogène quant à elles ne contiennent aucune matière polluante et sont recyclables à plus de 95%.
L’énergie qui servira à fabriquer l’hydrogène sera captée par des panneaux solaires installés à proximité du site : ce cycle de production répond à l’exigence d’une énergie 100% propre et durable. Le choix de produire l’hydrogène directement sur site est cohérent avec la politique de développement durable de l’agglomération paloise et la stratégie énergétique française.

 

Une technologie maîtrisée

Un ensemble de normes et de contrôles garantissent la sécurité de cette technologie (Guide de recommandation émis par l’Ademe, publié en 2015). En outre, les réservoirs à hydrogène, éléments clés de la sécurité, sont soumis à des contraintes d’homologation plus poussées que n’importe quel autre réservoir de stockage d’énergie : tests au feu, tirs à balles réelles, milliers de cycles de remplissage, crash tests… C’est une technologie déjà présente dans l’industrie et les transports : elle est notamment utilisée par les pompiers de la Manche.

 

Grâce à ce choix audacieux, l’Agglomération fait le pari d’une qualité d’air préservée, d’un mode de déplacement « à zéro émission » et d’un confort d’utilisation plus doux. Ce qui ravira à coup sûr, les usagers !